• bateau

Concert permanent à bord.par Balancine d'artimon

A bord du drôle de navire évoqué plus tôt, il y avait aussi plusieurs musicien(ne)s. Parmi eux, un violoniste, un percussionniste, deux joueurs de didgeridoo, quelques guitaristes, une violoncelliste sans violoncelle, un clarinettiste, un flutiste, et deux accordéonistes parfois chanteuses.
Concerts et gammes, ou cours de musique pour certains, à tous les étages et à toutes heures de la nuit et parfois au petit-déj’ ou l’après-midi.

Durant la traversée, par de belles nuits de quart, entre crêpes et café dans la cuisine, le violoniste (qui sait aussi gratter la guitare, animer les flutes et les boites en tous genres, voire chanter), le percussionniste avec sa derbouka, les accordéonistes, et les joueurs de didgeridoo avec… divers tuyaux de PVC et l’évier comme caisse de résonance, nous offraient des moments de rare bonheur….

Un concert de Voyage Pas Banal.

Pas banal !(7)Trace ta route(3)
Pas de commentaire | Dans Bateau
  • bateau

Drôle de traversée.par Balancine d'artimon

Transatlantique à bord d’un trois mâts gréement Marconi bien connu, celui au départ arrêté ; 9 membres d’équipage, 27 passagers « stagiaires » de tous horizons et qui ne se connaissent pas.

Parmi eux, mille talents, un ostéopathe attentif et une mystérieuse poseuse de patchs, qui nous remettaient en place après les manœuvres, un délicieux yogi qui nous enseignait l’auto-massage du visage, des pâtissiers, des dessinatrices, et deux clowns acrobates qui dispensaient des cours de clownerie ou de détente pendant les moments calmes, dans la grande et superbe houle de l’Atlantique.

Des fous ? oui des fous, des fous, des fous partout sur ce bateau….Quel bonheur !

Un Voyage Pas Banal.

Pas banal !(10)Trace ta route(4)
Pas de commentaire | Dans Bateau
  • bateau

Un départ arrêté.par Balancine d'artimon

Au départ de Brest vers la Martinique en Janvier 2014 (donc dans une mer un peu agitée), sous voile mais moteur de rigueur pour passer au large de Crozon. Nous partons en fin de nuit pour passer le raz de Sein avec la marée, la moitié de l’équipage dort. Le moteur faisant du bruit, je ne dors pas, et ma passion pour la navigation de nuit m’incite à sortir. Au moment de monter sur le pont, le moteur s’arrête. Plus que le bruit de l’eau sur la coque, génial. 🙂 Le commandant annonce alors calmement :
« Choquez l’artimon, on empanne ! ».
Sans grande réaction de la part de l’équipage présent sur le pont, le commandant répète plus fermement :
« Choquez l’artimon, je ne peux pas empanner ! On va sur les cailloux ! On rentre à Camaret. »
L’équipage s’agite soudainement. Il est 5 heures du matin, les moteurs ne redémarrent pas. Il reste le vent, la mer, les bruits et les mouvements insensés du bateau dans la nuit, et cette histoire de cailloux.

Après presque trois semaines passées à attendre la fenêtre météo, allait-il falloir faire demi-tour ? C’était sans compter avec la réactivité des spécialistes en mécanique du bord !

Un départ vers la Martinique qui annonce un Voyage Pas Banal.

Pas banal !(5)Trace ta route(3)
Pas de commentaire | Dans Bateau